-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Dalaï Lama répond a cette question; qu'est ce qui vous surprend le plus dans l'humanité ? : " Les hommes....Parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, Ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte Qu'ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir..... Et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu ". ......ne pas oublier que l'on nait tous de la même couleur: violette...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
POUR CEUX QUI VEULENT VOIR LE BLOG CANADA ; http://jacbodha.blogspot.ca/

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TUNISIE REDECOUVERTE...2 ANS PLUS TARD



sur une durée de 10 jour , dont 6 en Méharée avec Mohamed, le seigneur du désert, et 4 un circuit en voiture de location, pour voir ce que je n'avais pas vu précédemment.

DIAPORAMA DE CE VOYAGE SUR PICASA



DIAPORAMA SUR PICASA SE PORTES ET FENETRES EN TUNISIE ;





------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




En arrivant a Tunis, récupération des bagages, prise de la voiture de location, chez








  • CamelCar, qui est aussi une compagnie de voyage




  • le réservoir plein,.... j'arrive a
    que je me contente de traverser, après être passée par cet étonnant pont a bascule. La route pour Tabarka, jusqu'à Sejenane, est a éviter, a moins de prendre son temps, car il y a des trous énormes, c'est réduit a une voie parfois, avec de gros camion, et des chauffeurs dangereux. Par contre a
    il y avait encore des Cigognes dans leurs nids, la route par la suite est bonne, des passages sur des routes de montagne, de toute beauté. Paysage très verts, on se croirait en Normandie, des vaches dans les champs, des collines harmonieuses.
    je prend la route du coté touristique, beurk..... que de gros hôtels, et golfs, je retourne donc vers la ville, très très encombrées de passants, voitures, carrioles.....prudente, je vais doucement et arrive presque au bout de la route face a un immeuble blanc aux fenêtres bleu.

    Je suis les autos devant moi et tourne a gauche rue de la Constitution, je vire a droite, vers l'avenue du 7 Novembre pour y stationner et visiter le port et la ville... quand une camionnette arrive très vite "de nul part", de ma gauche, et contrairement a la logique accélère, moi aussi pour l'éviter, et "bammmm" il me rentre dedans, au niveau de la porte arrière du chauffeur, je m'arrête , la foule est deja tout autour, je pense a mon sac, sur le siège, on sais jamais.....

    Toute énervée par l'événement, je vais vers le chauffeur, qui lui aussi lève les bras au ciel, parlant dans sa langue et moi dans la mienne, il me montre un morceau de cache rouge de son clignotant cassé, il a rien en fait, a part ça, c'est un louage, il vocifère, remonte dans sa voiture et repart....

    je suis interloquée.....quand un passant me dit "pas de problème" "il va au poste de police a 300m", ouf... je le suis, me stationne en face, la commence un dialogue entre le jeune policier et après avec le chef, qui fait semblant d'être très occupé avec un livre de rapport.

    Finalement après 1 h ou aucun de nous avait un "CONSTAT AMIABLE" dans la voiture, ni au poste de police, qui devrait en avoir me dit -on, je téléphone a CamelCar, qui me dit que j'en trouverai dans une librairie, "eh! non, je les ai toute faite a pied, "niet" sinon chez les assurances, mais fermées après 18 h il faut attendre le lendemain 8 h.

    Sofiane, au Téléphone me demande de bien faire préciser sur le constat, la responsabilité du chauffeur adverse....


    Le jeune policier me conseille un petit hôtel pour locaux tout proche; l'hôtel de la plage, pour 20 dinars avec petit déjeuner, propre ma foi, avec vue, depuis le petit balcon sur la mer, je récupère mes papiers (passeport et permis de conduire).

    A 7 h le lendemain matin, j'ai la surprise de constater, que ce sont les mêmes au poste de police, le jeune policier, me dit qu'ils font des chiffres de 16 h, il a les yeux très rouge le pauvre ( en plus j'apprends plus tard qu'il est resté plus tard pour moi, je veux lui donner 5 dinars pour boire un café, mais le chef refuse en me disant "sévèrement" qu'il est interdit de donner de l'argent aux policiers).

    Pas de nouvelle de mon adversaire, il m'annonce qu'il doit être parti pour Tunis a 4 h du matin.......QUOI!!!!!!!!!!, je m'imaginais deja attendre toute la journée ........mais le chef auréolé de toute son autorité dans sa langue , semble dire au jeune policier de téléphoner immédiatement au chauffeur du louage pour qu'il vienne immédiatement.

    Je vais déjeuner et je vois mon petit policier qui passe, je sors, il me cherchait car le louage est bien la (ils semblent craindre fortement la police) il a amené un constat, je rempli ma partie, et le jeune policier la partie du gars du louage, cela doit être fait en français.

    Je peux continuer mon voyage, le louage pas content s'en va...

    3 jours plus tard, je suis revenue a Tunis a la gare , pour remettre la voiture, c'est Sofiane qui vient, et il constate que je me suis trompée de coté en cochant sur le dessin de la voiture, mais logiquement compréhensible selon le dessin de la collision, "pas de problème" me dit il on trouvera un arrangement.... je vous enverrai un mail d'ici 2-3 jours après notre décision.... la j'apprends que la caution est en réalité de 800 dinars, et non 300, comme je l'avais mal lu, c'est 300 Euros....

    Ooops, et le jeune policier de Tabarka qui m'avait dit que les loueurs faisait tout payer, je commençais a baliser.....

    Je pars pour Tozeur en train, pour aller faire une Méharées avec Mohamed de Zaafrane, pour 6 jours.

    Je consulte mes mails au retour, rien....... Mohamed me prête son Téléphone, pour appeler CamelCar, je tombe sur un monsieur qui commence a me parler de sens interdit?????, et de caution..... de venir au stand CamelCar de l'aéroport......ca va mal.......

    Au jour de mon retour en France a L'aéroport de Tunis, je rencontre Nizar, qui me parle entre 2 clients..... téléphone a un responsable..... trouve pas mon dossier..... le retrouve...... "pas de problème on va trouver une solution"
    pour finalement me rendre les 4 copies de l'empreinte de ma carte visa, en me disant;


    "A CamelCar c'est pas surtout l'argent qui compte mais le service rendu, et la satisfaction des clients"


    OUF! je suis soulagée et reconnaissante de la décision de CamelCar, cette compagnie est vraiment correcte.



    Moralité si vous louez chez eux ou ailleurs amenez UN CONSTAT AMIABLE, ça gagne du temps......... évite les soucis, sans oublier de Dialoguer...........




    J'ai donc repris la route, direction

    .

    village de montagne ou j'avais l'intention de dormir la veille, mais finalement heureusement!.... vue la grande distance, j'aurai raté la splendeur du paysage, pour y aller je passe par
    ou je voulais visiter les ruines, mais je suis arrivée, alors qu'une course pour paralysées commençait, la police, m'a fait me garer en vitesse...... je les ai vu partir.... j'ai vu les ruines de loin.... a travers les grilles... les policiers me disent que l'accès est fermé pour + d'une heure, bye bye Bulla Regia....... je pense a
    mais ne voit pas de sortie vers les ruines, ce sera donc Sbeitla..


    VIDEO SUR YOUTUBE A EL KEF





     Très beau village construit autour de 2 fortins, et un superbe rempart, village très animé, je stationne la voiture a l'ombre, face a la Médina.

     Monte vers le fort avec un jeune homme qui me colle un peu trop je dois lui raconter que mon mari m'attend, il fini par partir..... Village super bien entretenu, façades peintes en général en blanc aux fenêtres portes et volets, bleu, ou vert......... de superbes céramiques en façade, ainsi que de jolis balcons. Les gens sont souriants, et affables, j'arrive au premier fort, ou une porte y est fermée, un monsieur, que je prenait pour un mendiant, est en réalité un "guide" qui me donne de premières infos, je lui donne 2 dinars et continue mon chemin, on y découvre toute la ville et ses environs.

    En redescendant je vois un petite grille entrouverte, qui mène aux remparts, parmi des herbes folles, et des fleurs sauvage, j'y aperçoit une terrasse fleurie en contre-bas, avec un beau monsieur portant le chapeau, avec un jeune garçon assis au soleil du matin.

    Après avoir acheter des oranges et de succulentes mandarines, je reprend la route, direction
    via



    Les ruines de Sbleitla sont dans un état de conservation et ou réhabilitation excellente, grand soleil, grand bleu, magnifique pour des photos, je me régale pendant 2 h.




     c'est vendredi jour de prières, super fond sonore pour un film, et très agréable.









     Il y a peut de monde,chouette... pas cher 5 dinars l'entrée + 2 dinars pour les photos





    VIDEO SUR YOUTUBE DE SBEITLA 


     



     Je veux dormir soit a Tozeur, soit a Nefta, arrivée a 19 h 30 , il fait nuit, je choisi
    je suis tentée d'aller au Caravanserail, hôtel de luxe pour 110 dinars la nuits, mais ils sont archi-pleins, j'irai a l'hôtel en face au Marhala, chambre correct, pour 40 dinars avec petit dej et 7 dinars pour le repas du soir, correct aussi...... par contre nuit très bruyante, des jeunes dans les chambres voisines ont circulé... crié.... couru et claqué les portes très tard dans la nuit..

    VIDEO SUR YOUTUBE DU CHOT EL JERID



     





     Départ a 7 h 30, après un plein d'essence, car je vais faire le tour du chott el Jerid , par le sud-ouest, par
    et






    j'ai bien aimé ce parcours, peu de voitures , route en bon état, mirage sur le chott par l'éclairage du matin, un loup du désert sur un chott, pleins de dromadaires sauvages, un sentiment de bout du monde, malgré les lignes électrique qui suivent la route, et un puits de forage de gaz.







    Contrôle de la police des frontières(qui s'ennuie), car on longe l'Algérie tout le long. Traversée de Zaafrane, Douz rapidement, Matmata ou un guide s'est carrément jeté presque sous mes roues, ils sont fous, ou ont besoin d'argent ........
    Arrêt au panorama magique, ou je n'ai pas revu le gardien défiguré de 2008.


    VIDEO SUR YOUTUB DE TOUJANE


       






    A Toujane je vais voir Abdallah , qui tient le dernier magasin sur la route de Matmata, ou il fait du thé dans une gorfa, avec de superbes



    j'y étais venu il y a 2 ans, il a un parking avec un arbre, un jeune âne, et un jeune dromadaire.



     il loue aussi des chambres troglodyte, il y a 2 jeunes japonais qui boivent le thé, j'y achète un magnifique tapis kilim de 1,05 m par 2,10 m, pas cher ( tissé me dit il, par sa tante de 80 ans, qui ne porte pas de lunettes, et 8 mois pour accomplir ce chef d'œuvre).







     je veux visiter le site de
    prêt de
    Je m'arrête près du palace sangho, au Mabrouk, joli hôtel pour 51 dinars en demi pension, sur la route de Guermessa.

    VIDEO SUR YOUTUBE DE GUERMESSA


     











     Après avoir déposé mes baguages, je pars vite a Guermessa, avant la fin du jour, il est 16h, l'endroit est remarquable, d'après le guide qui m'alpague a l'arrivée, ou il vient de finir la visite avec un dentiste qui lui aurait donné 20 dinars pour la visite, je lui en donnerai 10, ce qui me semble très bien payé.

     Je lui dit que j'ai qu'une heure et veut prendre des photos, en libre après. ce site serait l'un des trois les plus important et en bon état, avec
    et



    Très habité jusqu'aux années 50-60, la scolarisation a fait déserter ces lieux de vie dur, mais belle et regrettée, ou le troc était roi, pas d'argent......

    Il faudrait pas grand chose pour réhabilité l'endroit, car les gorfas sont en très bon état.
     Il y a deja une petite partie aménagée et loué de temps en temps aux touristes.










      Couché de soleil splendide, je redescend a la nuit, pour rejoindre mon hôtel, passer a table, pas si mauvais que le dit le guide du routard, excellent accueil chambre très propre et calme.

      Excellente nuit, petit déjeuné en buffet pantagruélique, j'amène un croissant de
      et une orange pour la route. Direction Tunis, via Mahdia, soit environ 700 km, sans compter que c'est dimanche, jour de grand retour, de vacances, ça roule n'importe comment, deja que normalement c'est pas évident.....

      Beaucoup de policiers qui m'arrêtent au moins 20 fois dans la journée, et qui exigent le port de la ceinture de sécurité, ce qui est bien.
      a un joli port, la vieille ville est superbe, on peut en faire le tour en voiture.............. patience c'est étroit..... une voiture passe, pas 2. C'est bien plus grand que j'imaginais. Je pic-nique sur la plage a l'entrée. La Mosquée prêt du port est très belle ainsi que les magasins autours.



      Retour sur la route, non sans mal, pas évident de retrouver l'autoroute, mais la police omniprésente, renseigne très bien.....


      Après, autoroute payant en tout 5- ou 6 dinars jusqu'à Tunis, Beaucoup de travaux et gros ralentissement a 20 km de Tunis.

      A Tunis je trouve directement la bonne route, pour la gare, j'en reviens pas, me stationne dans une rue qui donne sur la gare, et j'ai même une connexion internet pour voir mes messages sur l'ipod.

       Je remets l'auto, comme décrit plus haut dans mon récit. Train depuis Tunis pour Tozeur a 20h 50, de nuit, pensant pouvoir dormir dans le train, dans le compartiment confort..............

      j'avais Omis de vérifier les dates.... 20 et 21 mars, fête de l'indépendance et fête des jeunes, ainsi que des vacances scolaire du 15 mars au 30 mars......

      Bref train archi-bondé, prise d'assaut des sièges vacants, musique et prières toute la nuit , .... de plus le "demi wagon confort" partagé et séparé par une porte ouverte sans arrêt pour les premières, mais surtout avec le compartiment dit "wagon restaurant" qui en réalité est la ou tous les fumeurs se réunissent, car interdit dans le train, donc au niveau confort, je me demande si la première est pas mieux.......
      Pas cher même en confort (plus cher que la premiere ), allez retour, 48 dinars. Arrivée a
      avec 30 mn de retard, A 5h45, je m'enquière de louage pour
      je discute avec un gentil monsieur qui sent super bon la fleur d'oranger (venant d'Arabie Saoudite), un ancien infirmier a la retraite. Il me dit que normalement c'est pas trop long de remplir le louage...pas ce jour la......

       on attendra prêt de 2 heures........ 5 dinars 400 millimes pour le parcours. A Kebili en 10 mn la voiture est pleine pour Douz, 2 dinars je crois, arrivée a
      je suis persuadée que Mohamed dois venir me chercher comme on l'avait convenue, je cherche donc un téléphone, pour l'appeler, la il m'apprend qu'il m'a envoyé un mail , m'informant qu'il m'attendait a Zaafrane......

      OOOOPs, j'avais lu mes messages la veille sur l'ipod, et pas vu la nuance, étant resté sur ce qui était convenu. Je dois donc retourner a la station de louage, ayant refusé un transport, certaine de retrouvée Mohamed ici.

      Un louage arrive, il va a Zaafrane, et part immédiatement avec moi seule dans la voiture , je comprend pas, le gars parle pas français, il a Mohamed au téléphone, il lui prend de la viande en passant, chez le boucher, on arrive a la Poste de zaafrane, ou Mohamed m'attend, je demande le prix au louage 5 Dinars, je fais remarquer que c'est cher en comparaison a Tozeur Kebili, mais Mohamed me dit qu'il est venu a vide pour moi.....

      j'étais pas a 5 mn prêt, mais bon. J'ai salué sa famille, rangé trié ce que j'amenais, pris une petite douche froide, pendant que Mohamed allait chercher Kiki, Caramel et Mino, les dromadaires.




       Avant de partir on mange une bonne salade, et nous voila parti a 12 h30.




      On commence a pied, a travers
      j'ai mes baskets aux pieds, il fait assez chaud pour mi-mars, autours de 30°, on arrive a la grande dune, après 1 heure, je sens la fatigue de la nuit sans sommeil, bien agitée, et monte sur Kiki, ou j'ai failli m'endormir par 2 fois, ça berce un dromadaire, mais bon, malgré que Mohamed ai mis des poignées en tube pour se tenir, il est pas recommandé de dormir....hihihi.

      On passe par une sorte de piscine fermée (pour un campement proche), avec un réservoir d'eau a coté ou les dromadaires vont boire, après 3 semaines sans boire (depuis la dernière sortie de Mohamed.) ils peuvent tenir 1 bon mois sans boire. Vers 16h30 on s'arrête, pour installer le camp pour la nuit..........

       Décharger les dromadaires, sauf les selles......... attacher leurs pattes avant entre elles , afin qu'ils n'aillent pas trop loin.

       Après un timide couché de soleil, Un bon couscous a la Mohamed, dans la nuit tombée...... a la lueur du feu..... la vaisselle........ Il est temps de récupérer les amis dromadaires, Mohamed doit amener une lampe pour suivre leurs traces, car malgré un quart de lune, la noirceur ne permet pas de les voir au loin.
      Il met plus d'une heure a revenir, et moi pendant ce temps j'alimente le feu, pensant lui permettre de se repérer, je craignait qu'il se perde.

       En fait étant dans un creux a l'abri du vent, pour se protéger du sable volant, "il voyait pas le feu".......... Je suis sidérée par ce sens inné de l'orientation. Il me dit qu'il voit dans sa tête, il sait ou il est et ou il va.....!!!!!!


       Le lendemain matin, pain cuit dans la cendre, on part a 8h, après une nuit presque froide, il devait faire tout au plus 3 a 4°, la chaleur monte vite, on arrive en fin de matinée a un puits protégé que par un pneu ou un jeune homme et son petit frère, en vacances dans leur désert, venaient se réapprovisionner en eau et bois pour la famille, a une demi journée de la.

      Mohamed donne un paquet de biscuit au gamin, qui court le donner a son frère, tout excité. Mohamed me raconte que ce type de puits est pas le meilleurs, car l'eau en ce moment y est a environs 4 m de profondeur, et des dromadaires sauvages assoiffés s'y sont deja noyé, ou s'y sont asphyxiés coincés dans l'ouverture tenu par le pneu, Polluant ainsi les points d'eau.

       Nous rencontrons une petite caravane de 3 personnes, qui va s'installer pas très loin, dans les grandes belles dunes.
      Nous continuons notre chemin une bonne heure, on s'arrête je pense pour manger, vers 13 h, mais non! la journée est fini.


      Mohamed m'explique qu'étant donné la saison, les jours sont plus courts, on ne fera pas comme l'année dernière, 2 étapes par jour, mais une seule.

      Comme ça les dromadaires auront le loisir de manger en pagaille dans une région ou il y a de la nourriture pour eux, sans disparaître a des lieues.

      Il y a du vent, on descend les selles , elle nous serviront de paravent, para-sable pour la nuit. Ce soir macaroni a la Mohamed, il diminue les portions a ma demande, j'aime pas le gachi, bien sur ça fini dans le ventre des dromadaires gourmands, mais bon.


      Après une bonne nuit bercée par nos ronflements respectifs, un bon petit dej, en route pour la suite, a travers de somptueuses dunes au blanc éclatant, depuis hier, je marche avec des pantoufles aux semelles très fines, car le sable très doux est agréable, mais on marche toujours au plus bas des dunes, donc a travers des sortes de minis chotts, ou des concrétions salés piquent la plante de mes petits pieds sans corne.


      Une bonne salade de tomate et concombres avec des délicieuses olives de Tunisie, vers 13 h, après 5 h de marche.

      le vent a tourné il vient du sud ouest, Il commence a faire très très chaud, je met mon mini baromètre au soleil ....whaaaa+ 48°, chaud quasiment comme en été. sieste dans la mini ombre du début d'après midi.

      Un appel téléphonique arrive de Québécois qui avaient pris des renseignements mais pas réservé, se trouvant dans la région, demande s'il est possible de passer une nuit dans le désert, mais on a encore 2 nuits a faire, on est assez loin......on fait une grande boucle.

       Mais Mohamed trouve une solution; son ami Ali pourrait les prendre a Zaafrane, et nous retrouver sur a notre prochain campement de demain sur notre retour, et revenir ensemble.


      Après avoir ramassé du bois, en bonne quantité (heureux sont ceux qui passent après Mohamed) préparation de la soupe pleine de bons légumes, de petits pois frais et de l'agneau.

      Nuit presque chaude, j'utilise qu'une seule couverture (les nuits précédentes j'en avait 3 en double. j'ai du m'éloigner de Mohamed car il ronflait trop fort, il me dit que moi aussi d'ailleurs.......

      ah! dormir sous les étoiles ça fait ronfler plus fort, il semblerait....


      Après le petit dej, sur le chemin, je me régale avec une bonne orange sucrée juteuse.

      On traverse une grande quantités de magnifiques dunes, je traîne toujours a l'arrière pour prendre des photos et films....2000 photos et je crois prêt de 2 Go de films.

      La chaleur toujours omniprésente, fait coller a la peau les vêtements, mouillés de sueurs, je bois en quantité, de ma petite bouteille, remplis a chaque arrêt depuis les bouteilles d'eau minérale, ou de l'eau de puits des chambres a air de Mohamed.......

       Toujours fraîche, sous les couvertures, ou dans les sac en poil de chèvre et dromadaire.

      Après 5h30 de divagation splendide dans les dunes immaculées, arrêt au point de rencontre avec les québécois, et dernière nuit dans le désert.

      Avant cela on était passé prêt d'un petit campement de bédouins, avec leurs enfants en vacances, Mohamed faisant une petite pause, me propose de faire une petite visite a cette famille, seule, il me certifie qu'ils comprendront le français.

      Munie d'un paquet de biscuits, j'arrive a la tente bédouine,
      ou je suis accueillie, par une belle dame en habits traditionnels, avec une jolie jeune fille , elle me parle prêt du visage, fort...... comme si j'étais sourde, dans sa langue.

      Je fais des gestes, elle aussi, elle m'invite a m'asseoir sur un tapis avec elle, m'offre du lait que je pense être de chèvre, excellent, et frais.......

      je viens de déjeuner, je n'ai pas faim, mais elle sort du pain du désert de derrière un rideau, j'en mange un peu par politesse, donne le reste au 2 petits garçons arrivés sur l'entre fait, a qui j'offre les biscuits et voila le thé qui commence a chauffer.....

      ici le thé c'est long...... le temps de le faire bouillir.....de mettre la menthe.... de vider.. verser dans des verres..... remettre.... ça prend du "temps", et on doit le faire 3 fois avec le même thé...........


      Je les photographie selon leur demande gestuelle, Mohamed arrive, il me lance " blablabla" les filles, il faut partir............

      je leur enverrai les photos, par le biais de Mohamed, il les connaît bien, ce sont des voisins de Zaafrane, la dame se nomme Mabrouka.


      Sur le site de campement, on essai de se faire de l'ombre, en mettant une couverture sur un gros buisson, l'air est ressenti a certains endroit, mais impossible de faire la sieste,


       fait trop chaud au sol, le vent est très chaud aussi. Heureusement que l'eau du bidon entouré de tissu mouillé, accroché au vent est fraîche, Mohamed va chercher du bois, cette fois ci je feignante, il fait trop chaud, plus tard je vais admirer les belles dunes toute proche, et finalement nos québécois arrivent,.

      Ali a amené de la viande fraîche, mais pas d'eau, heureusement qu'on en a encore plein, ils ont besoin d'un bon thé, réclamé par Ali par téléphone, que Mohamed a préparé.

       Nous avions aussi rencontré une grosse caravane de touristes, organisé par une agence, ou les clients marchent avec un guide, les bagages portés par les dromadaires séparément avant eux, cuisine au gaz!!!! pas de galettes cuite a la cendre.

       Groupe d'une quinzaine de personnes. beurk....pour ma part.

      Quand Ali est arrivé, Mohamed et lui ont pas arrêté de blablabla, on leur a demandé ce qu'ils pouvait bien dire, "secret" ont ils répondu................!!!!


       Préparation d'un bon couscous, les québécois, qui m'avaient demandé des infos, par le biais du guide du routard, sont ravi de me rencontrer, c'est bien réciproque.


       Après le repas, Mohamed a chanté, et fait de la darbouka improvisée sur un bidon d'eau, des chansons d'amour, et de bédouins traditionnels, que j'ai filmé éclairée par la puissante lampe de Yvon le Québecois.

       Il nous installe nos chambre de 1 millions d'étoiles sur des petits replats a différents niveaux, il reste en bas avec Ali, les dromadaire repus, ne vont pas trop loin.


      Excellente nuit, retour toujours en pantoufle, j'ai quand même eu des ampoules aux extrémités de 2 doigts de pieds,.

      J'ai du faire passer une aiguille avec un fil, afin de faire sortir le liquide, et ne plus avoir mal, et désinfecter avec un produit de Mohamed qu'il avait dans sa trousse de secours.

       Gus qui nous avait deja téléphoné 2 jours auparavant, vient aux nouvelles, sur la fin du parcours sur le plat dans les chotts, J 'étais remonté sur kiwi, je lui parlais donc depuis ma tour avec air conditionné.....hihihi.


       Douche froide en arrivant les cheveux pleins de sable, fou que ça fait du bien....repas dans la pièce de Mohamed, servi par sa soeur.


      Nous allons a Douz pour récupérer des chaussures "sandales sahariennes" commandé avant mon départ, et Mohamed veut voir ses mails, moi aussi d'ailleurs (Mohamed en "civil" MOMO LE GAZOU DU FUTUR, en quête d'une gazelle Européenne ou Américaine).

       Aventure particulière que les sandales saharienne, j'en avait essayé une paire toute prête pour une cliente en 38, je voulais les prendre (22dinars), mais il attendait sa cliente le lendemain, Il devait les fabriquer pour moi.....

      donc j'arrive avec Mohamed, j'enfile le pied droit, c'est manifestement trop grand, je le lui dit, en mettant le pied gauche qui lui va bien.........
      il affirme que c'est le même embauchoir, il veut me rajouter une semelle, dans une chaussure, mais j'ai pas envie d'être bancal, il y a prêt d'un centimètre de différence, il voudrait que je les prennent quand même. Mohamed est du même avis que moi, je les prendrais pas.

      Il semble que l'une est en 38 et l'autre en 39, je suis vraiment désolée pour le monsieur, et déçu de ne pas avoir ces belles chaussures.............

       A la fin du repas le soir, soudain, des Hurlement percent la nuit, je pense immédiatement a une mort, en effet un jeune garçon , voisin , atteind d' une tumeur au cerveau est parti.

      Les cris des pleureuses ont bien duré jusqu'à 11 h, et a 6 h le lendemain matin, annonce par les hauts parleurs, de la mosquée, que l'enterrement avait lieu le matin même a 8 h.

       Mohamed m'accompagne en louage jusqu'à Douz, ou je prend l'autobus à 5,95 dinars(enfin mini-bus) pour Tozeur, deja au 3 quart plein.

       En route il refuseront les gens qui vont pas a Tozeur, les enfants s'assoiront à 3 par siège, le caissier organisant très bien, les strapontins tous occupés.

      Je me retrouve assise prêt d' une jeune famille qui ont un adorable petit garçon de 1 ans, on discute tout le long du parcours.

      A Tozeur, je vais directement a la gare, afin de voir si je peu laisser mon sac a dos en consigne jusqu'au soir.
      N'en ayant pas , le gentil chef de gare, me propose pour 1 dinar, de le ranger dans une pièce fraîche.... fermée a clé.......

      Il me fait une réservation, pour ma place, car le train devrait encore être bondé.

      Je déambule au hasard dans la ville, que je connais très peu, y ayant passé une courte soirée 2 ans auparavant.

      C'est samedi, et le marché s'installe prêt de la gare routière, a l'intérieur d'un beau mur de briques crénelées,avec 2 tours a l'entrée.

       Marché très coloré, j'y trouve une jolie djelhaba rouge avec son pantalon assorti pour 14 dinars, j'ai même pas pensé a marchandé, a ce prix pourquoi le ferai-je?.

      Une omelette-salade, au resto de la république a l'intérieur......

       loin des fumeurs sur terrasse, et dragueurs envahissants.

      Je découvre la vieille ville, tout ça au hasard, puisque je ne trouve jamais la porte de l'office de tourisme ouverte.

      La vieille ville est magnifique, mais après le désert, c'est dur de supporter le harassement perpétuel des vendeurs et guides improvisés, qui m'insultent quand je fini par refuser, en leur disant gentiment que j'ai juste envie d'être seule, et faire mes photos.

      Je fini par aller dans le superbe salon de thé panoramique, qui domine la vieille ville, afin d'y trouver la paix et le repos.

      Un délicieux thé aux amandes savoureuses, je discute avec la serveuse enceinte, elle m'offre un gâteau, je recharge aussi les batteries pour la camera, je resterai 1h30 ou 2 h, ça fait du bien, en plus


      l'endroit est magnifiquement décoré, un client me prend pour la patronne, mdr.

      Je cherche de bonnes oranges pour le train, je dois retourner au magasin général a l'autre bout de la ville.

      Sur le retour, je vois une porte entrouverte, vers une palmerais, je m'y glisse, et rencontre un super gentil monsieur , qui vit la, au milieu de la ville, avec ses chiens, chats, poules, une cabanes en palmes.

      Il me cueille des fleurs et des essences parfumés, sans un mot ou par signes ,un régale a l'œil et au nez, joli bouquet que j'offrirais au chef de gare, qui le remet a sa petite fille ravie.

       Finalement le train sera moins bondé qu'a l'allée, je réussirai a dormir 3-4 h, ayant 2 sièges je peux presque m'allonger.
      A Tunis, je dépose mon sac a dos avec l'autre sac laissé a la consigne et m'en vais pour boire un café, je demande a un jeune garçon ou je peux aller a cette heure (6h du matin) pour un petit déjeuner, il me guide.

      Nous arrivons sur la superbe avenue Habib Bourguiba dans un café ouvert toute la nuit, je lui offre son café, c'est son jour de congé, il part.






      Pareil qu'a Tozeur, je déambule au hasard, j'ai 4 h devant moi, pour découvrir un peu.

       Des gens me déconseillent la medina....

      risqué me disent ils le dimanche matin.

       J'en fais le tour, par l'avenue Bab Sedid, pour entrer dans les vieilles ruelles, vides, aux murs et portes de toute beautés, pour arriver au souk, que je connais deja.

      Je reviens par d'autres ruelles enchevêtrées, aux noms évocateurs, comme la rue du juge, du riche, des persans, du trésor, un bijou pour photographier, avec personne..........

      Je récupère mes sacs a la gare, après une queue perturbée par des "colons" français qui se sentent stupidement supérieur, en passant devant tout le monde. Taxi pour l'aéroport.







      je pense au Maroc pour la prochaine fois....pour le desert orange ....ou la Turquie, ou les pays de L'est.

      Aucun commentaire:

      Enregistrer un commentaire